Raconter une histoire

Narramus: comprendre et reformuler une histoire: épisode 2

L’année dernière je vous avais parlé de cet outil proposé par les éditions Retz et qui semblait très intéressant ( voir article précédent )
A l’époque, je ne l’avais pas encore vraiment testé dans ma classe. Maintenant ,  c’est chose faite (et à plusieurs reprises) et tout naturellement,  je reviens vers vous pour partager mon expérience sur cet outil. Comme je l’ai déjà dit précédemment j’ai commencé à m’en inspirer dans le cadre de notre projet « école et cinéma », grâce au super travail de Françoise Maurin.

Après avoir testé dans ma classe le concept, en travaillant sur l’album  « la sieste de Moussa »,  je suis maintenant moi aussi convaincue  que : « le meilleur moyen pour apprendre à comprendre les histoires c’est d’apprendre à les raconter » (Roland GOIGOUX).

Pour ce qui est du concept  je vous renvoie sur notre article précédent de nouveau sur le site du Café pédagogique.

J’ai trouvé cette façon d’aborder les histoires, leur compréhension et la narration très motivante et très variée. On ne se lasse pas. Il y a de nombreuses activités différentes afin d’atteindre un même but : comprendre une histoire et son implicite afin de la raconter.

J’ai adoré le côté « apprendre à apprendre« .
Même si je n’avais aucun doute là-dessus, j’ai pu constater que même les élèves de PS ont su se saisir de cet outil pour comprendre ce qu’ils étaient en train de faire pour mémoriser du vocabulaire dans un premier temps,  et s’en servir pour raconter une histoire dans un deuxième temps.

J’ai aussi beaucoup apprécié le côté facile à utiliser. Effectivement c’est du « clé en main »  (c’est agréable d’avoir parfois des outils qu’il ne faut pas « repenser »), mais on peut aussi se l’approprier et le transformer pour qu’il soit plus personnel  en créant des maquettes, des figurines, etc … C’est une vraie mine d’idées qui est proposée.

J’avais déjà mis en place des activités qui allaient dans le même sens ( genre Sac à album – voir l’article sur le site) et qui permettaient de renforcer les liens entre la famille et l’enfant (pour mémoire, l’enfant pouvait ramener un sac avec un album et quelques activités maîtrisées  à refaire avec sa famille).

Surtout,  ce qui est génial c’est que le concept est transférable. J’ai d’ailleurs créé ( toujours avec l’aide précieuse de mon ami Gérard) du matériel pour 2 livres que j’ai étudiés cette année et  que je mets en partage ici.

Les trois petits cochons (oralbum)

cartes à télécharger: ici et ici

Idée à développer (non exhaustive) :
créer un livre à raconter et le réaliser en  art plastique (un par enfant). Il permettra d’aider à la narration de l’histoire par l’enfant.

le livre à raconter des 3 Petits Cochons.

Plus facile à réaliser qu’une maquette ou qu’un « raconte – tapis », les enfants peuvent construire ce livre (idée récupérée sur le net) . Comme pour la maquette, il s’agit d’une aide à la narration. Les enfants utilisent les personnages de l’histoire (dessins plastifiés avec un morceau de scratch) et il les fait passer de page en page au fur et à mesure qu’il raconte l’histoire…

D’autres idées retrouvées sur le net pour construire des aides à la narration de l’histoire de nos cochons.

La chenille qui fait des trous


Cartes à télécharger: ici

Idées à développer: Utilisation d’un raconte tapis

Raconte tapis: la chenille qui fait des trous…
Des activités pour tous

Pour finir, je dirai donc que c’est un outil assez indispensable pour la compréhension des histoires et de la production orale. D’ailleurs, depuis longtemps déjà, j’utilise dans ma classe de nombreuses pochettes de vocabulaire. Depuis que j’ai mis en place ces activités de narration, mes élèves s’en servent différemment: ils se sont mis à les utiliser pour inventer et raconter eux-mêmes des histoires.


J’espère vraiment que vous trouverez vous aussi un intérêt à ce type d’activité qui aide à structurer le langage et prépare à l’expression écrite en élémentaire… Je n’y vois que des avantages!

On ne peut pas finir cet article sans mettre un lien sur ce super travail réalisé par l’équipe de l’IEN 2 d’Avignon, publié par Muriel GUERIN, CPC . Un document PDF, clair et à consulter à cette adresse.

Au fait, « narramus » en latin, c’est « Nous racontons »… Pourquoi ne pas lancer l’expression « Narraturi te salutant » (ceux qui vont raconter te saluent! 🙂 )…

One Reply to “Raconter une histoire”

N'hésitez pas à laisser un commentaire ou à partager vos idées !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.