Sciences cognitives – améliorer son contrôle inhibiteur

De nos jours peu d’enseignants sont formés aux sciences cognitives, or elles s’avèrent essentielles si on veut comprendre les difficultés que rencontrent nos élèves et surtout les aider à y remédier. Voilà le pourquoi de ce premier article sur le sujet. Lorsque nous devons effectuer des tâches nouvelles ou complexes c’est notre contrôle cognitif qui est sollicité. Il nous permet d’associer nos idées ou certaines stratégies déjà apprises, de nous adapter aux changements, de réfléchir, de résister à la tentation d’une réponse immédiate et surtout de rester concentrer sur la tâche à accomplir. Ce contrôle cognitif va reposer sur des fonctions essentielles : les fonctions exécutives. Le système exécutif regroupe différentes fonctions telles que la planification, la mémoire de travail, l’inhibition, l’attention sélective, la flexibilité mentale … Chaque fonction exécutive met en jeu tout un ensemble de processus. A l’heure actuelle on considère que : L’inhibition (contrôle inhibiteur) La flexibilité mentale ou cognitive La mémoire de travail (sa mise à jour) sont les principales composantes des fonctions exécutives. Elles sont des habiletés cognitives essentielles à la réussite tant à l’école que dans la vie générale. Duckworth et Selignan, 2005, montrent que « la discipline (contrôle inhibiteur) compte pour deux fois plus d’écart dans…